Assemblée générale 2021

Vous êtes cordialement invité à notre Assemblée Générale qui se tiendra dans la grande salle du foyer George Brassens à 19h00 à Beaucourt le Vendredi 22 Octobre.

Nous aurons l’occasion de nous rencontrer à l’issue de notre AG annuelle autour d’un buffet simple pour échanger.

Le bureau

03/10: qui va à la chasse…

Il faut se dépêcher d’en profiter ce matin, car cet après-midi on leur promet la pluie. 5 VTTistes ont répondu à l’appel: Pat, Vincent, Victor, Bruno et Gaël.

Ce dernier a l’idée de l’année: aller à Thulay. Hop hop hop c’est parti, et pour changer, par le cimetière des charmes. Il n’ira pas beaucoup plus loin car dans la montée la chaine déraille. Au moment de la remettre en place, le verdict est plus sévère: maillon rapide tordu, arraché et cassé. Le démontage est compliqué mais enfin, après être passée entre plusieurs mains, la chaine abdique et accepte une nouvelle attache rapide, ce qui porte à 3 voisines le nombre déjà installées.

Les derniers mètres qui les séparent de la route sont l’occasion de croiser Olivier F., qui s’en va « router » en solo. Il les accompagne jusqu’au château d’eau de Montbouton, où ils se quittent.

Les chasseurs sont de sortie à Vandoncourt. Les Beaucourtois, roulent discrètement pour ne pas effrayer le gibier, et arrivés au point de vue ils aperçoivent 2 sangliers traverser la pâture, loin des chasseurs…

Amusés les 5 compères empruntent le GR5 via la variante qu’affectionne Gaël, en train de disparaître, recouverte par la nature, puis descendent plein gaz vers Hérimoncourt.

Enfin les voilà à Thulay. Pas le temps de s’attarder ils prennent en direction de Roche mais optent pour Mandeure. Sur le chemin, Gaël les emmène faire les spéciales enduro. La dernière est l’occasion pour Victor de montrer comment passer une marche, tout en élégance et en légèreté. Les autres optent pour l’échappatoire prétextant l’avoir loupé.

Une fois en bas, Mandeure ça fait loin. Alors ils remontent par le chemin blanc ce qu’ils viennent de descendre, et empruntent un des nombreux raccourcis de Bruno, donnant dans un champ de maïs. Alors qu’ils constatent les dégâts générés par les sangliers, ils effraient un chevreuil qui les surprend à son tour. Affolé il fonce vers Victor, l’évite de justesse lui touchant le pied de la tête, puis fonce vers Gaël et retourne brutalement dans les maïs. Le tout en 2 secondes, tout le monde reste bouche bée.

Il leur en faut plus pour se démonter. Ils prennent la direction de Fremeuge, coupent par le raccourci, et mettent plein gaz vers Bondeval. Bruno à la bave aux lèvres, il revient sur Gaël, le suit puis le dépasse. Sûr de son fait il se voit déjà en vainqueur… mais dans l’ultime montée le Spé se met en panne, Gaël le repasse et arrive premier devant un Victor bienveillant qui laisse les anciens jouer à leur jeu préféré: celui qui nique les autres.

C’est avec un certain plaisir mais aussi une certaine inquiétude pour leur épiderme douillet qu’ils empruntent le petit single qui surplombe le coteau raide, mais finalement si les arbres au sol leur évitent les ronces, ils doivent porter et se détourner. Pat en tombe à la renverse.

Il est temps de rentrer, certains ont des obligations, d’autres fatiguent. Au-dessus de Seloncourt-Dasles, Bruno abandonne tout le monde et rentre, pressé qu’il est de voir belle-maman. Victor et Pat’ prenne la même direction mais un peu plus tard, et Gaël propose à Vincent de le ramener à Dampierre. Et n’oubliez pas, qui ramène, ram…

18 à 20°, sol sec, 41km, 900m d+ ou -.

Trace: https://drive.google.com/file/d/1MpfvTvkh8wx4u98OHcPjjOjmvvhDWiQs/view?usp=sharing

Inscriptions 2022

Pour les adhérents ne souhaitant pas de licence FFC, inscription possible et recommandée en ligne: https://www.helloasso.com/associations/passion-vtt-beaucourt/adhesions/adhesion-2022

Pour les autres vous pouvez d’ores et déjà faire vos demandes de licences dématérialisées 2022

Le process est simple : il suffit de vous rendre sur « espace licencié FFC  » :

Connectez-vous à l’aide de votre identifiant (N° licence ou NIP) et votre MDP, si c’est votre 1ère licence, sélectionnez premier accès et suivez les indications ensuite

cliquez sur demande de licence 2022

choisissez votre pratique  » apprentissage  » pour les catégories de prelicenciés à Cadets , à partir de Junior  » compétitions » pour ceux qui participent aux courses et  » loisirs « pour les autres

ensuite sélectionnez votre catégorie qui doit se mettre automatiquement en fonction de votre année de naissance

puis votre discipline  » Cross country « 

Pour les entraineurs, il faut sélectionner Staff, encadrement, educateur, Cross country pour un montant de 52 euros.

Ensuite vous devez lire et acceptez plusieurs choses puis fournir différents documents qui vous seront demandés ( que vous pouvez télécharger directement depuis votre PC ou smartphone).

Une fois toutes les démarches effectuées, tous les documents nécessaires téléchargés et le virement au club confirmé par la trésorière ( RIB en pièce jointe ), je transférerai vos licences et la Fédération validera l’ensemble.

Le prix de l’adhésion est de : 30 euros

Pour les féminines mineures, licence et adhésion offertes.
Pour les féminines majeures, licence offerte.

26/09: classe verte

Ce matin, maîtresse Claire a donné RDV aux CP/CE1 pour une classe verte. Bon à Beaucourt on n’a pas que des lumières. Et à voir l’âge des élèves, il y en a qui ont dû redoubler un paquet de fois: Gaël est le premier à être accueilli par Claire mais il a oublié ses lunettes. Retour à la maison car on ne vient pas en classe sans ses affaires. Puis Claude arrive avec un compagnon: Power, son camarade (esclave?) à 4 pattes. Enfin, ce sont Bruno et Franck qui arrivent. Le temps que Gaël revienne, tout le monde est prêt, la classe peut démarrer.

En route, direction les champs Houdin. Aidé par son moteur canin, Claude prend la tête, et même Bruno ne peut le rattraper. Ces 2 là (enfin 3) caracolent en tête, et il faut toute la ruse de Gaël (qui se fait pour le coup surnommer « Bruno », on se demande bien pourquoi) pour trouver un raccourci et passer premier sur le tronc couché.

Mais qui veut aller loin doit ménager sa monture, aurait pu dire maîtresse Claire à Claude qui recule dans le peloton au fur et à mesure que Power fatigue. A Abbevillers, il jette l’éponge, le canidé sur la selle et Claude le tractant. Belle complémentarité.

A la sortie d’Abbevillers, les chasseurs sont présents au Banot, ils se faufilent entre les balles jusqu’à la descente des pierres Gauloises, où maîtresse Claire accorde une récré à ses 3 élèves qui se lancent dans les toboggans.

Les voilà à La C(h)apotte, l’enseignante bienveillante fait mine de ne pas entendre les blagues graveleuses autour du nom du cours d’eau qu’ils traversent (Le Gland). Il faut bien que jeunesse se fasse. Encore que dans le cas de nos élèves du jour, la jeunesse s’est envolée depuis longtemps.

A Roche les Blamont, Bruno demande à la maîtresse s’ils peuvent aller au belvédère et il obtient l’autorisation. Du coup tout heureux qu’il est, il leur montre à Claire les plus beaux points de vue sur le Lomont depuis Ecurcey. Ce qui déclenche aussitôt les rires sous cape de ses 2 camarades qui lui donnent le sobriquet de fayot.

Au belvédère, la classe peut observer les yeux ébahis un petit troupeau de chamois qui a élu domicile sur place, avant de redescendre plein gaz vers le théâtre romain, qu’une garnison de légionnaires protège (voir les photos).

Le retour se fait par Belchamp, puis la piste cyclable jusqu’au moment où ils décident de reprendre les bois. Au passage sous un tronc un peu bas, Gaël passe, Bruno passe, Claire passe, et Franck … tape l’arbre avec le casque suivi d’un grincement assourdissant quand sa selle se met presque à la verticale! Le casque bien sûr a changé d’allure et prouvé encore une fois son efficacité.

47km, 780m D+, temps maussade, sol sec à humide, 16°.

Trace: https://drive.google.com/file/d/1hD1lA94Hgvf_yRJw0vNUPLGNtNE58LQy/view?usp=sharing

22/08: une sortie qui ne vaut qu’un clou

Après la période « estivale » qui a vu le tôlier Claude R. tenir seul le cintre à bout de bras le dimanche, c’est une sorte de reprise pour les Beaucourtois matinaux: Xavier premier, Bruno 2ème en camionnette qui double ainsi Gaël sur le fil (réclamation), puis Pat, François, Dorian et… Claude tracté par un moteur canin 4×4 (réclamation aussi).

Après tout ce qui est tombé dans la nuit, le ciel s’est bien vidé. Le problème, c’est que maintenant tout est au sol. Et Beaucourt détrempé ça donnne… .Bouecourt!

Direction… la MTB 2021, parcours 41km pour voir s’il y a des dégâts et aussi se remettre le circuit en tête. Après une petite hésitation qui les voit faire 1/2 tour, ils partent pour Malfosse, sauf Claude qui laisse Power le guider, non mais c’est qui le patron?

Les premières pierres calment tout le monde, ça glisse. Le passage étroit vers Malfosse est passé prudemment, à pied donc, car quiconque s’aventurerait sur le vélo et ne s’appellerait pas Bruno, irait au tapis. Ce qui arrive à François qui compte ses plaies.

Pat a 2 atouts dans sa manche: perdre une manivelle ou crever. Cette fois c’est la crevaison à Malfosse, avec un clou que ne renierait pas un charpentier.

Enfin ils peuvent repartir, la première boucle de la MTB monte directement par un sentier bien raide jusqu’à la route Feches-St Dizier. Ils se trompent de chemin mais arrivent à bon port près de Lebetain. Au passage chacun se vante des arbres qu’il a coupés ou des herbes qu’il a débroussaillées. Mais ce n’est rien devant la démonstration de force faite par Bruno qui casse à mains gantées les troncs qui entravent son chemin.

Lebetain est passé, les voilà de retour en direction de St Dizier où ils tombent encore une fois sur Régis et Raphaël. Chaudes salutations puis à la revoyure. Ensuite il y a 2 choix: le sentier du dessus, le sentier du dessous. Gaël dit: « la trace c’est en bas ». Il aurait dû dire « la boue c’est en bas ». Même si la boue rend heureux, c’est à en dégoûter plus d’un. Bref la variante basse est sur la sellette à moins qu’elle ne sèche d’ici là.

Après le coup de fesses suivant, la forêt leur offre un de ses secrets bien cachés: des trompettes de la mort (qui tue?). Les paysans les voient tout de suite alors que les citadins n’y voient que des ombres.

Lorsqu’ils rejoignent la clairière, Bruno leur explique sous les quolibets qu’avant il y avait un autre chemin qui évitait de passer par la clairière. Et d’en faire la démonstration. Ainsi, tout heureux qu’il est et dans l’euphorie générale, ils ne voient pas qu’ils se trompent et empruntent le mauvais sentier vers Vandoncourt. Ils ne sont plus sur la trace officielle de la MTB!!! Pire, ils mélangent la première et la seconde boucle.

A Vandoncourt, François abdique, trop de douleurs (main cuisse). Pat aussi, plus assez de chambres à air. Quand Claude les appelle: il est à Dasles, le chien l’a ramené à la maison. RDV lui est donné à Croix pour la 2ème boucle: « au chemin blanc qui descend, tu vois lequel? » et « oui » répond Claude . Mais à peine arrivés au Pont Sarrazin c’est Bruno qui les abandonne, il a une cloison à abattre. Voilà vous suivez, il en reste 3 + 1, envoyez la bonne réponse par SMS au 3619.

Le téléphone de Claude lancé dans un bégaiement frénétique continue à harceler Gaël qui finit par ne plus répondre. Nos 3 gaillards enfin libérés de leurs lourds fardeaux avancent à leur rythme, pas trop vite ni trop lentement. Les voilà arrivés à Croix au début du chemin blanc qui descend et… pas de Claude. Après 2 appels auxquels répond chaque fois une dame dans un anglais assez stricte, ils lui laissent un message et remettent en route vers Saint-Dizier.

C’est là, en passant la jonction entre le 41 et le 54 que Gaël a un doute. Et c’est 500m plus loin qu’il a confirmation. Ils se sont trompés sur la fin de la première boucle. Bon c’est pas grave, ils vont la reconnaître, de toute façon il est midi moins dix, retour puis apéro chez Gaël où les attend déjà un Claude assoiffé.

Méli mélo de boucles 1 et 2 pas terminées donne 38km 833m.

Trace: https://drive.google.com/file/d/1tXQuXHS_kQfCuF8olTHVybXS-PZV7Ejs/view?usp=sharing

31/01: Joyeux Anniversaire, vieux frère

Si la météo incertaine en a rebuté plus d’un, elle ne fait pas hésiter Dorian ni Philippe. Pluie ou pas ils veulent en être. Xavier et Gaël en « vieux briscards » sont moins enthousiastes et attendent de voir ce que les oracles leur réservent. Aurélien a jeté l’éponge. Enfin Valentin devient accro, même après une telle semaine.

8h40 la pluie s’arrête sur Beaucourt.

Départ, petite séance de chauffe sur la route, puis ils posent les crampons sur un chemin blanc à la sortie de Montbouton où la brume règne en maître. Enfin c’est l’heure tant redoutée de rentrer dans les bois, et ils ne sont pas déçus. Ca glisse, ça patine, ça s’enfonce: c’est parti pour la séance d’équilibre.

Le premier des nombreux arbres qui les bloque ne résiste pas à la force Herculéenne de Xavier qui libère ainsi le chemin pour les prochains. A Abbevillers, ils prennent une variante et très vite vont se rendre compte qu’il faudra choisir avec soin pas seulement les trajectoires, mais les chemins aussi. Xavier demande d’ailleurs si Gaël n’a pas fait le choix des pires chemins à ne surtout pas faire en hiver.

Le guide ne se démonte pas et les emmène vers des terrains plus roulant. Et c’est d’ailleurs là au bas du pré au Sire qu’ils rencontrent 2 vieilles connaissances: Christophe et Mickaël, alias Léon et Léon 😉. Les 2 vttistes acceptent de les accompagner pour la suite. Au bas de la descente, arrivés au cimetière d’Hérimoncourt, ça sent le chaud, mais personne n’a freiné. Pfff….

La montée aux cinq sapins tient toutes ses promesses: épingle, racines, marches, rien ne passe… sur le vélo. Mais pourtant ils rejoignent Thulay, sous un crachin qui est extrêmement localisé puisqu’il s’arrête à peine sorti du centre bourg.

Est-ce là que Gaël a perdu la raison? Ou au mieux la boussole? Il choisit le chemin qui mène à l’ancien secteur (un peu) technique descendant sur La Chapotte mais se rappelant qu’il a été ravagé par la dernière coupe, il oblique vers un sentier que Xavier et lui connaissent bien: il monte gentiment avant de descendre bien raide. Mais sauf que cette fois c’est gras, et que l’arbre dans lequel s’est encastré Aurélien la fois précédente est toujours là.

Dans un style très auto-épilation du sillon inter fessier (par un pneu cramponné de 2,25 de large), Gaël se lance bien sur l’arrière et descend tranquillement jusqu’à l’arbre qui arrive de plus en plus vite. Petit dérapage et arrêt déjà un peu dans l’arbre. Alors qu’il se croit sauvé, c’est Philippe qui vient s’arrêter sur lui dans le style j’ai eu chaud et le repousse un peu plus vers les branches menaçantes. Puis c’est un fusée, Christophe, qui arrive (trop) vite, bloque tout et fini la tête sous le pédalier de Philippe!

Cette mixture d’hommes et de vélos refroidit les autres qui descendent à pied. Heureusement pas de casse, tant de promiscuité ça crée des liens. Le retour se fait par la MTB 2020, mais Philipe veut aller encore plus vite. Pas de chance, il faut remonter à Abbévillers. Et le plus court, c’est le plus pentu.

Un premier groupe passe par les pierres Gauloises, un second par la route pour éviter la première partie. La pente et les conditions au sol étendent le peloton, qui n’est plus constitué que de 4 vttistes à Abbévillers. Puis Xavier les rejoint, mais Christophe et Mickaël sont portés disparus.

Là il faut faire un choix: attendre, la devise du groupe, ou rentrer boire un coup. Car Philippe leur propose d’arroser son anniversaire: il a tout dans la voiture. Bon les 2 camarades sont bien sympas, mais pour une bière… Après 2 ultimes tentatives d’appel, c’est la mort dans l’âme mais la mousseuse à l’esprit qu’ils reprennent tambour battant le GR5.

Arrivés au Mont Novel, qui ne voient-ils pas arriver par la route d’Abbévillers: la Team Léon, qui a eu un petit coup de mou! Parfait, le groupe s’est reformé, signe d’une très grande entente puisque même sans se parler, ils se retrouvent.

Un bon anniversaire à Philippe qui paye son coup (message à peine caché pour les futurs anniversaires 😉).

35km, 834m D+

Gras, froid, brouillard: tout pour plaire.

Trace: https://drive.google.com/file/d/1BuKxT_Vfj1YeRsXLpcEk9AoYNlC4bABq/view?usp=sharing

10/01: rendez vous à -5

C’était annoncé, c’est arrivé: il gèle. -4/-5 à l’abri. Sous la bise la t° ressentie est bien plus basse. L’annonce de ce froid a un peu douché Gaël pas très motivé. Mais Aurélien et surtout Philippe veulent y aller. Et tous les arguments sont bons, tel un départ à 9h30.

Le plus motivé c’est Joris. Pas informé du décalage horaire discuté sur Whatsapp, il patiente depuis 9h… Alors pour lui, les 3 autres sont sacrément en retard quand ils se pointent à 9h30.

Philippe a la niaque: il est déjà chaud et veut aller à Hérimoncourt mais pas par les marches. Et puis pour se réchauffer il veut monter le Grammont par le single de la Coupe. Aurélien bricole sa tige de selle qui n’aime pas le froid et go.

Au moins le sol est dur. ce qui rend le coup de pédale efficace. Ils passent Montbouton et rejoignent le point de vue de Vandoncourt. Ca pique aux doigts. Le soleil est encore caché par les arbres. Aurélien bricole sa tige de selle qui n’aime pas le froid (bis).

Au Pont Sarrasin Philippe précise sa pensée: aller à Hérimoncourt et aux 5 sapins oui… mais pas par la ferme des minimes. Gaël a justement un nouveau sentier à leur montrer. Ils remontent le GR5 jusqu’à la petite clairière et obliquent à tribord. Gaël en tête les emmène dans son jardin secret, fait de troncs et branches au sol, trous, bosses, branches basses qui fouettent le visage, ornières, le tout masqué sous la neige. Aurélien trouve qu’il y a du potentiel, Philippe demande qu’est-ce que c’est que ce chemin de Bruno d’il y a 20 ans!

« Comment ça il te plaît pas mon chemin? J’en ai un autre. » Et Gaël enfonce le clou avec un chemin qui ne voit pas beaucoup de passages… et les amène au pré au Sire de manière détournée. Une coupe plus loin, et une petite discut’ avec les chasseurs, les voilà arrivés au stand de tir. En mode tout fou pour Aurélien, facile pour Joris, prudent pour Gaël, pause pipi pour Philippe.

Bon ils y sont, il reste à grimper aux 5 sapins, chose qui se fait en enjambant 2 troncs. Sur place Philippe ne veut pas redescendre à Seloncourt, ni monter à Abbevillers par les pierres Gauloises, il est déjà 11h. Devant ce problème de représentant de commerce, Gaël prend la seule décision qui s’impose: rouler et voir après.

Bingo les liaisons se font: il voit l’occasion de tester un chemin qui l’intriguait dans Thulay (ça c’est fait), et rejoignent via 2 petites vallées le chemin blanc de Bondeval. Toujours pas complètement dégagé des arbres qui l’encombrent, Gaël fait une figure originale lorsqu’une branche basse s’infiltre dans son fuseau (de 20 ans lui aussi) et que s’en suit une montée à la verticale très douce et lente, le fuseau faisant office d’élastique entre la branche et le vttiste, qui évite de justesse un ADG (Au-dessus Du Guidon, ici on parle français).

A Bondeval, direction le cimetière, et après les singles ludiques, Seloncourt, le champ sous la bise, Vandoncourt puis Beaucourt par le Val. Le tout sous le soleil et en rentrant tout propre. Heureux.
35km, 800m D+/-

t° de -2 à -8, moyenne -4 ❄
Pas de photos.

Trace: https://drive.google.com/file/d/1-1ChJ9hu-JkhFraxN3CF9tCB7zAf3pDr/view?usp=drivesdk

06/12: on dé-con-fine

Depuis les dernières annonces du gouvernement, Gaël trépignait d’impatience de rouler ce dimanche. Il était prêt ! Il avait révisé son arithmétique pour gérer les différents groupes de 6, il avait annoncé un nouvel horaire d’hiver (9h), commun aux deux groupes, pour attirer un maximum de monde. Il avait même partagé sur whatsapp une photo du ciel pour motiver les plus frileux à enfourcher leur monture. 

Malgré tous ces efforts, Claire et Aurélien se sentaient bien seuls quand Gaël les a rejoints. Certains avaient préféré la poudreuse helvétique, à la fine et fraîche pluie Beaucourtoise.

Il en fallait plus pour les décourager et c’est finalement à 4, rejoint par Philippe B., tjrs au rendez-vous – mais pas tjrs à l’heure – qu’ils prirent la direction de Dampierre-les-bois, par le champ de Mars, puis Fesches-le-châtel, où un nouvelle fois, Gaël nous montre le chemin. Enfin le chemin… « c’est parce que d’habitude il y a un match le Dimanche, la grille est ouverte ! ». Il ne sait plus quoi inventer.

Arrivé sur le chemin des lutins, direction Thiancourt, puis Delle par le chemin des bornes. Les ornières, les feuilles mortes et les arbres semblent se liguer pour nous faire mettre pied à terre… c’est finalement le pont qui enjambe la voie ferrée à Delle qui aura raison de nous.

Le petit groupe se dirige maintenant en direction de la tour du Mont Renaud où le groupe fait une courte halte pour se ravitailler. Le froid et l’humidité commencent à pénétrer les épaisseurs, alors le groupe se remet en route, avec une petite descente jusqu’à Boncourt, pour remonter en direction du poste de douane, pour rejoindre Lebetain par les champs. C’est ici que Claire nous quitte, digne représentante féminine de la section Adultes, qui va sans doute réfléchir à passer sur des cales automatiques.

Gaêl et Philippe repartent aussitôt, plein gaz. Aurélien commence déjà à regretter la présence de Claire… La remontée vers la route entre Fêche l’église et Saint-Dizier lui paraît interminable. Mais Gaël est là pour l’encourager avec un grand classique “t’inquiète après il n’y a que de la descente”.

Dans la descente en direction de Fêche l’Église, le groupe se séparera : Gaël et Philippe en direction de Badevel puis retour à Beaucourt par le cimetière. Aurélien direction Dampierre-les-bois.

+/- 45km 850D+

25/10: voir Fremeuge et mourir

C’est sous un soleil d’automne (enfin) que le groupe de 8h30 se réunit à 9h30. Question de fuseau. Mais l’essentiel est que tout ceux qui pensaient venir sont là: Aurélien toujours bien protégé, Dorian sur le vélo de Philippe, Philippe sur le vélo de Dorian, Valentin collègue de route de Dorian, Stéphane qui s’accroche, Eric de retour mais juste pour essayer, Joris minime de l’école, et Gaël. Ca c’est pour le groupe qui devrait aller jusqu’au bout car s’ajoutent de passage : Bruno qui rentre tôt, et Jef et David T. qui attendent le groupe de 9h30 (ou 10h30?).

« On va où »? lance Dorian à Gaël. Court (mais intense) moment de réflexion… « Fremeuge » ! « Quoi » ? « Jamais entendu parler ». « Il va encore nous perdre ». « C’est en France »? Gaël ne se laisse pas décontenancer par si peu de foi et lance le groupe sur la route de Saint Diz’ (on dit bien Saint Trop’).

Les chasseurs sont de sortie aujourd’hui, le gibier n’a qu’à bien se tenir (caché). Un premier groupe est croisé à Montbouton. Puis au point de vue de Vandoncourt une battue est annoncée. Aussitôt Jef et David font 1/2 tour prétextant un autre groupe à encadrer à 9h30 patati patata. Eric lui de son côté croise une branche qui traverse son chemin. Eric ne cède pas, la branche non plus. Bilan un rayon cassé et une chute. Abandon pour le Badevellois qui rentrera tranquillement.

Changement de programme, ils descendent au Bas des Fonds… et tombent encore sur une escouade de chasseurs. Ils retournent vers la colo et dans la descente coupent à gauche. Enfin tous, sauf Philippe, qui manque à l’appel quelques virages plus loin. Bruno remontent le chercher et les autres descendent jusqu’à la route pour mettre en oeuvre la célèbre technique militaire de la tenaille. C’est Eric qui le retrouve dans Vandoncourt et le renvoie vers le groupe. Bruno fini seul sa courte sortie du jour. Explication de Philippe: une envie pressante.

A Hérimoncourt, un nouveau panneau indique les battues. Alors en octobre: 4, 11, 18, 25. Pas de chance. En novembre: 1, 8, 15, 22, 29. En décembre… Oui bon ils ont compris c’est tous les dimanches!

Nouveau changement de cap, ils contournent le bois, direction les 5 sapins, puis vers la pente du petit raidillon. Devant ça s’engage prudemment, sauf pour Aurélien qui bascule selle baissée. Derrière ça resquille en contournant, mais on ne donnera pas de noms.

Ils suivent le sentier mais pas jusque Thulay, car ils tournent comme s’ils allaient à Bondeval (où ils ne vont pas). Dorian s’en rappelle, car c’est à cet endroit qu’il avait pris un bain de pied avec Bruno. Sauf que cette fois, on est en octobre, et le cours est à sec… Et full en été pendant la sècheresse, allez comprendre…

A gauche en sortant, ils s’éloignent de Bondeval (on vous l’avait dit), jusqu’à tomber sur 1 arbre couché . Puis 2. Puis toute une forêt. Un coup d’oeil à gauche et Gaël annonce « on passe par le bas ». Et de se lancer. Prudemment, car il y a une bonne pente, des branches au sol et une chose qu’il ne voit qu’à la toute fin: une clôture de barbelés! Arrêt express dans la pente, il prend appui sur la branche d’arbre à sa gauche… branche pourrie qui casse aussitôt. Le vélo avance encore, la roue vient s’appuyer sur les barbelés, il s’accroche à un 2 ème tronc comme à une bouée de sauvetage. C’est le MNS Philippe qui vient le sortir de là, car les VTT ne sont pas encore équipés de marche arrière. Tout le monde bascule dans la pâture, et ils longent le chemin encombré.

« Alors, on va le voir Fremeuge »? Gaël sent le doute et même la moquerie dans l’équipe. En route! Au bout du sentier, ils arrivent sur une toute petite route, l’empruntent et devant un bâtiment il lance fièrement: « regardez vos GPS, on y est ». Et les têtes ébahies de voir Fremeuge

Objectif atteint, ils peuvent rentrer par Roches les Blamont où ils croisent d’autres chasseurs qui ont terminé et tapent la discute, puis 2 petites descentes pas piquées des hannetons. Le retour par Meslières ils le connaissent bien, puis Abbevillers et enfin Beaucourt.

Bravo à Joris qui a roulé tout le temps devant, et à Stéphane qui s’est accroché jusqu’au bout malgré une journée sans.

Trace: https://drive.google.com/open?id=191XTgEmyjLPOwMFO9gOnIS_J9W90LIiC