07/04: on fait un practice?

Par Thierry D.

Dimanche matin place Salengro 8h30 par une météo fraiche mais sèche :

-T’ain ! T’as maigri toi, on dirait un Shar Pei vu de derrière

-???!
-Ben ouais, ton cuissard fait plein de plis !

-C’est pas ma faute si dans ce club, le brinquin « responsable » des équipements ne fait pas son TAF… On peut rien commander !

Ambiance, ambiance…, les hostilités sont ouvertes et il va pas falloir trop chauffer les gars ce matin.

Pour détendre l’atmosphère :

-Euh, et si on allait à Prunevelle ce matin dit la petite voix de notre PDV (Président à Vie) seul représentant du bureau En Marche ce matin avec Xa son digne secrétaire, histoire de faire le magnifique single, y a longtemps qu’on l’a pas fait !

-Au fait, il est où l’autre président, le vrai? Il a pourtant dit que c’était 8h30 ce matin, non ?

-Je confirme, il l’a dit sur whatsapp et pis par mail aussi, je dis ça mais je dis rien…

-Ah c’est bien des discours de politiques tout ça, faites comme je dis, mais pas comme je fais (Je ne parle bien évidemment pas de notre respecté sénateur car lui, il peut pas être présent, vu qu’il fait des selfies en mirage 4 ce matin, qui ne plaisent pourtant pas (Les mirages, pas les selfies) à AVDR qui lui préfère les Rafales plus modernes)

Une précision s’impose, « On » m’a demandé à nouveau un compte rendu en tant que « fine plume » du club avec, et je le cite aussi, la « mauvaise foi et les ragots » qui vont avec. Vous me connaissez désormais, les compte-rendus je ne cours pas après, mais si il faut y mettre de la mauvaise foi et des ragots, dans ce cas, je ne peux résister !

Donc, entre-temps Franck s’est affairé sur la petite valve du PDV, celui-ci a quitté ses babouches pour des savates à semelle carbone plus adéquates (Mais pas pratiques pour marcher, Connard !) le groupe peut donc se mettre En Marche. (Acte 22)

Mais on parle de quel groupe au fait ? Donc vous avez deviné que le PDV est présent, avec Xa, Pat, Franck de Méziré, Francis le coucou, T le coucou narrateur de mauvaise foi, Yo le brinquin et l’autre Francis dit … le Shar Pei blond.

2 groupes se forment rapidement avec à l’avant, le brinquin et le Shar Pei qui se tirent la bourre (On se demande bien pourquoi !) avec Francis le Coucou et le PDV. Suivent tant bien que mal, Franck, Xa, Pat qui voudraient bien discuter mais le rythme imposé, empêche quiconque de parler. T le narrateur entre les deux, pour écouter tout ce qui se dit ! Les parties roulantes et cyclables sont les bienvenues et, à qui suce qui et le mieux, certains sont plus habiles… Les pauses (nombreuses) sont les bienvenues. Notre canidé du jour, qui a rdv avec Jolie-maman nous quitte après le club hippique de Mathay, où a lieu un concours de CSO. Le CSO, c’est merveilleux. Des croupes, des croupes et encore des croupes dans de magnifiques pantalons blancs tout serrés, comme nos cuissards après, mais tu t’égares, Dominique SK.

Sur le chemin, un arbre entrave notre progression. Emporté par son élan, le brinquin rouquin passe au travers. Les autres, étudient la situation et évite l’obstacle par un judicieux chemin parallèle. Désormais seul, yo se résout à repasser à travers l’obstacle et prendre le chemin parallèle. Le reste du groupe, quelques mètres plus bas observe goguenard, Yo se débattre avec l’arbre et son vélo qui finalement repasse à travers l’obstacle une 3ème fois, quelle énergie ! Prunevelle, son golf, pointent à l’horizon et c’est le moment de la blague du dimanche matin : Comment se nomme la partie, chez la femme qui se situe entre la salle de jeux et la voie interdite ? Un indice, nous sommes à Prunevelle ! Je suis, je suis… le practice ! Parce que c’est là tape les …

Mais qui peut bien raconter de telles horreurs ? Pas celui que l’on croit… pour une fois !

Le single tant promis, est avalé à mach 2.3, qu’il faut déjà penser à retraverser la ville. Le retour par le single le long de la piste cyclable d’Audin voit le Brinquin et le nouveau coucou jouer à qui qu’a le plus gros (Braquet). Pat se fait agressé par une liane et notre PDV se met à pousser un son à mi- chemin entre un hululement, un miaou et un yodeleur.

-Ben c’est quoi ce cri ?
-C’est Tarzan !
– ??!!!
Ah oui, la liane, vous me suivez ?

Pat remet la visière arrachée de son casque par la liane, dans son sac et le groupe se remet En Marche (Actu brûlante oblige) pour les derniers km. La remontée vers Dasle est laborieuse pour certains et c’est enfin la place Salengro, il est midi pétante.

-Quelle heure est-il ?
-Midi pétante on t’a dit !
-Pile poil ce que j’avais prévu dit notre PDV fier de lui.
Ah cette mauvaise foi… Les coucous quant à eux, n’ont plus qu’à remonter la pente jusqu’à leur nid.

46km, 660m d+

PS : On apprendra plus tard, via les réseaux sociaux, que certains préfèrent se la jouer solo plus ou moins tôt, se la jouer sur du bitume, se la jouer à Thulay ou que les compétiteurs sont au bois des Murgers à Pont de Roide

31/03: y’a pas que les sentiers qui sont secs

Par Thierry D.

Tout le monde est à l’heure ou presque pour ce premier dimanche à l’heure d’été. Pat, Yo, Xa, Franck, Thomas, Francis, J.S ? Le président à vie, encore en babouche et visiblement pas pressé, Phil le sanglier, moi-même (T) et Dada.

Un Dada pas encore complètement remis de sa sortie de la veille avec Phil et T (120 km et 2000 D+) mais présent tout de même ce matin. Big up à Dada! Quel courage ! A noter que Le pauvre, pour être présent ce matin, est allé au lit à 21h un samedi soir, ne pouvant même pas profiter, pour l’occasion, de la magnifique finale de la coupe de la ligue qui a vu nos voisins alsaciens s’imposer. Re-Big up, mais à Claude cette fois. La Fischer a dû couler à flot cette nuit, d’où son absence. Nos voisins alsaciens se sont donc imposés au terme d’un match haletant, de prolongations d’anthologies (0.0) et après d’incroyables tirs au but… Je sais, cela n’intéresse personne, mais je résume pour Dada.

Une absence remarquée toutefois, celle de notre jeune président (Pas encore à vie et pas En Marche ce matin !) qui me demande un résumé de notre périple dominicale.  La référence à un jeune président est tout à fait fortuite et j’espère que notre jeune sénateur, n’en prendra pas ombrage.

Donc le PDV (président à vie) après concertation avec lui-même, décide d’emmener sa troupe malgré tout restée fidèle à son autorité naturelle, en direction de Delle. Première épreuve, les escaliers pour sortir de la place, dont il s’en sort avec honneur et sous les vivats des bikers présents. Phil le sanglier souhaite ne pas aller au creux de Malfosse car ça caille là-bas en bas! Notre jeune retraité est sensible des articulations, mais c’est précisément à Malfosse, par la descente vertigineuse qui y mène, que nous passons. Phil, très prudent, ayant encore à l’esprit de douloureux souvenirs articulaires (Pas de type rhumatisant ceux-là) et ayant en perspective des objectifs bitumeux proches, laisse les plus téméraires s’engager.

L’humeur est badine, les blagues du PDV détendent l’atmosphère. (Une histoire de 21cm de Neige au soleil et d’épouses adultères, je crois !) Puis c’est la descente sur Lebetain et le petit raidard qui s’en suit, qui voit un Francis dopés par ( ?) et qui met tout le monde d’accord au sommet. Le single des bisons est avalé très rapidement et pour ceux qui suivent, c’est de la poussière que nous avalons. La remontée depuis Boncourt sur le mont Renaud d’où s’enchainent des singles bien agréables car très secs et par conséquent très rapides. A proximité de Réchésy, Franck, le local, prend le lead et nous dirige vers Montignez puis le mont de Coeuve. A partir de ce point, le PDV reprend son rôle de guide et met  la main sur la boussole. Les directions sont moins franches, les carrefours hésitants, nous atteignons finalement Courchavon. Puis c’est par un magnifique single montant que nous arrivons à Mormont. Les troupes jusqu’alors vaillantes et ne rechignant pas à l’effort, commencent à râler, à ragnasser, à regarder leur montre et à imaginer les excuses qu’il va falloir inventer pour justifier le retard pour le déjeuner de midi avec jolie-maman. Et oui, il est déjà 11h50… Les pauses gourmandes se raccourcissent, les derniers arrivés au sommet n’ont pas le temps de déchirer l’emballage de leur en-cas que les premiers repartent déjà. Ce qui me fait dire qu’à vtt passion, ben quand t’es sec … plus t’es sec !

Donc on raccourcit, on tranche, on coupe au plus court, c’est à dire par les pistes de chars en plein au milieu de la place d’arme de Bure. Heureusement que les militaires helvètes sont en permission le dimanche.

C’est la séparation en ce qui me concerne, je prends seul la direction du Pilay et le village des coucous par la frontière et pour tous les autres (tous ceux qui ont rdv avec belle-maman), Bure par la route puis Beaucourt.

44 km, 1000m d+

06/01: Bonne année!!!

Par Bruno.

Premier dimanche  2019 !!!

D’abord je vous souhaite tous mes vœux de bonheur, de santé et plein de bonnes choses ensemble pour nous et notre club.

N’ayant pas d’écrivain ce matin, je prends la plume.

Ce matin en regardant les sites de ski de fond, rien n’était possible pour moi. Je décide que le VTT est la seule solution. Un peu résigné me voilà parti.

Arrivant au foyer, le Pat était blotti dans sa voiture à se demander si c’était vraiment bien dimanche. Première question de Pat : est ce qu’il y a des sorties à l’extérieur aujourd hui ? Mais non Pat, tu es un courageux !!!

Nous voilà partis tous les 2 en direction de Dasle. Un appel sur mon tél : mais qui est-ce ? Mais oui c’est Francis de retour, qui nous rejoint dans une température très correcte : 2 degrés.

Direction : Fesches, Méziré, Delle, la Forêt enchantée, les Buis, Boncourt, Tour de Milandre, Villars le Sec, Croix, Beaucourt.

Chacun a eu sa part de forme:

  • Le Pat : 1er à la Tour de Milandre;
  • Repris par Francis avant Villars le sec;
  • Et j ai eu du mal de les reprendre et de les lâcher de 200m avant l’arrivée de Croix.

Je peux vous dire qu ils ont la forme!

Pour une sortie de 40 kms et 830 m de dénivelé, vététiste un peu boueux (mais un vététiste boueux est un vététiste heureux).