22/01: blanche neige et les 6 saints

Les saisons se succèdent plus vite que les mois. Après un nouvel an printanier, une épiphanie automnale, voici à nouveau l’hiver présent avec paysage blanc immaculé.
L’appel aux fondeurs de Bruno n’a pas pour autant siphonné l’effectif de vttistes, pas très motivés, mais tout de même intéressés de goûter la poudreuse autrement qu’avec les narines.

C’est donc Aurélien, Thomas, la team Léon (Micka et Christophe) qui sont rejoints par Dorian et Gaël.

Ça risque de glisser, et c’est Dorian qui en fait la démonstration à peine arrivé sur le parking. La couche épaisse de neige laisse entrevoir une montée aux Champs Houdins un peu plus praticable, mais le début du chemin est vraiment défoncé par les équidés. C’est toutefois un bon échauffement, car ça caille.

La progression dans les bois est lente, le premier faisant la trace pour les autres. Pour se venger, il secoue les branches au passage pour recouvrir de neige les suivants qui lui donnent toutes sortes de noms d’oiseaux.

A la sortie du GR5, ils obliquent à tribord à travers champs et rejoignent la descente du stand de tir, où ils posent pour la postérité. La descente, quand c’est sec, c’est chaud. Quand c’est mouillé, c’est chaud. Quand c’est enneigé, c’est chaud. Il y règne une sorte de microclimat qui affecte jusqu’aux disques de Christophe: ça sent le chaud en bas.

Bien que chaude, la descente les a refroidis. Pour se réchauffer, direction les 5 sapins. Il y a bien quelques petites velléités d’accrocher Thomas dans la montée, mais un arbre barre le chemin. Sur le dessus, Dorian jette l’éponge. Il doit rentrer, il faut qu’il prépare le repas pour midi, il reçoit belle-maman et il veut faire une spécialité alsacienne. Mais d’abord il doit faire les courses. Enfin c’est ce que les autres ont imaginé en le voyant détaler avant les 5 sapins.

La motivation étant ce qu’elle est dans ces conditions, aux 5 sapins (soit 5 minutes plus tard) ils décident de faire comme Dorian. Ils croisent une armée de chasseurs en position et des promeneurs de canidés pas rassurés. En haut de la descente vers Hérimoncourt, ils croisent les traces de Dorian. Aurélien s’élance sur ce single d’anthologie mais il est freiné par un chien de chasse qui a décidé de faire une opération escargot. Réforme des retraites des chiens de chasse?

Ils rentrent par la rue des Minimes et le petit bois. Lorsqu’ils aperçoivent Vandoncourt, l’appel est trop fort. A part Thomas qui continue son entraînement et monte au Pont Sarrazin, les autres décident qu’ils ont bien assez donné et retournent au bercail se réchauffer.

Au plaisir de rouler dans la neige, s’ajoute celui de ne pas avoir à nettoyer les vélos!
23km, 580m D+/-

Trace: https://drive.google.com/file/d/1RDkEldo0FftPj1qQ2v-bDi1BfG3_Dz25/view?usp=share_link

1/1: la tournée des étrennes

Il ne fallait pas rater la première sortie de l’année qui s’est révélée être printanière: 13° au départ.

Le RDV a été décalé pour permettre à Eric de se remettre du réveillon, mais à 9h45 c’est Aurélien qui fait des tours quand Gaël arrive. Ils attendent 5 min et décident de se lancer dans le tour des étrennes.

Première étape: Eric.

La route de Saint-Dizier pour se chauffer, puis la descente des goulets qui est … glissante. Mais surtout quasiment entièrement dégagée des arbres qui l’entravaient. Merci le bûcheron! En bas c’est un peu gadoue surtout que des engins ont labouré un sol bien humide. C’est l’occasion de constater que Malfosse est dégagé aussi. Hum encore quelques rayons de soleil et la descente sera praticable. Premier coup de sonnette à Badevel et c’est un Eric en pyjama et un peu endormi qui les accueille. Il se fait chambrer d’avoir fixé un RDV sans venir, puis les 2 courageux repartent dans leur tour.

Direction Méziré. Sur le parcours 30km de la MTB 2022 ils espèrent bien en tirer un autre du lit. Mais avant ça Aurélien se dit qu’un terrain aussi facile ça mérite une petite attaque. Dommage, à la 2ème ornière il dérape et s’étale de tout son long devant son compagnon qui a bien mémorisé la PREMIERE GAMELLE de l’année. Ça, c’est fait.

Les volets rue de la Truche sont déjà levés alors ils sonnent 4 fois chez Bruno, qui les accueille… en pyjama. Meilleurs voeux, bonne santé et tout le toutim. Sylvie fait son apparition et nos 2 compères déjà un peu « masque de boue » la salue à distance.

C’est pas le tout, y’a de la route à faire. Et avec Gaël, c’est jamais au plus court. Direction Dampierre les Bois, il faut étrenner Stéphane. Mais au coup de sonnette ce n’est pas le vttiste qui leur ouvre, mais la charmante Catherine dans son beau pyjama « LOVE ». Nos 2 sportifs du dimanche sont tout émoustillés mais la savoyarde les envoie rechercher Stéphane parti rouler avec le gang des barbus noctambules.

Dernière étape: Dasles. Aurélien commence à regretter la tartiflette de la veille et Gaël en profite pour lui passer devant. La t° grimpe encore: 16°C. Aurélien réclame une pause pipi au cimetière. Après quelques décilitres d’alcool évacués, ils appuient franchement sur la sonnette de Claude. A entendre les aboiements derrière la porte ils se disent que Claude est bien excité, mais en fait ce sont les chiens qui protègent leur maître… en pyjama.

Voilà c’est fait les étrennes des vieux ont eu lieu, il leur manquait un peu de temps et beaucoup de courage pour aller étrenner Dorian, mais de toutes façons comme il est plus jeune, c’est à lui de se déplacer.

30km, 478m d+, pas d’incident, UNE CHUTE LAMENTABLE 😅

11/12: Rando du Marché de Noël

Ce froid dimanche de décembre, c’est la tradition qui l’emporte avec la très attendue Rando du Marché de Noël. Au programme: randonner et festoyer!

Un beau groupe est présent à Montbéliard: Cécile, Béatrice, Perrine, Alicia, Lucas, les Leon Boys Christophe et Mickaël, Pat’ avec son BMC (pour encore combien de temps?), Gaël, Laurent, Robert, Bruno, Philippe, Aurélien, Claude, David et Alex.

Après un départ tous ensemble, sauf Béa et Robert qui vont marcher, ils se séparent quelques kilomètres plus loin sur les 2 superbes parcours concoctés par Laurent.

La neige encore présente ravit les yeux tandis que les corps se réchauffent petit à petit.

Ces 2 beaux parcours se terminent sous un beau soleil avec un magnifique point de vue sur l’aérodrome blanc de givre.

Le soleil n’est pas le seul à réchauffer nos héros, puisque des boissons chaudes et des bretzels les attendent pour ce formidable moment de convivialité, où les retrouvent Stéphane, Jean-Marie et les petites familles d’Aurélien et d’Alex.

Traces à télécharger:
Grand parcours
Petit parcours

Profils:

Grand parcours: 26km 560m d+

Petit parcours: 18km 250m d+

05/12: Eric le fou

Eric fait son grand retour: clavicule allégée, vélo remis à neuf, gants « mains de pingouins », et surtout une patate! Pire que Bruno quand il daigne faire du vélo. Sur place Claire, Aurélien, Philippe, Laurent, Franck, Gaël eux se gèlent en attendant la Team Léon: Micka et Christophe ont pris le temps de se faire un petit café!

A peine sont-ils arrivés qu’Eric prend les choses en main. Pas le temps de se saluer, gaz, route de Saint-Dizier. Claire continue de se demander mais pourquoi venir jusqu’à Beaucourt si c’est pour rebrousser chemin?

Eric impose un rythme endiablé et déjà le peloton se scinde. Il est fou, il tourne dans tous les sens, fait des boucles qui vont presque jusqu’à se refermer et finalement devant les mines déconfites de ses collègues annonce: « on va au mont Renaud ».

Jusqu’à Croix ça allait. Problème, c’est qu’à Croix ils vont en Suisse et essayent de prendre le camp militaire dans la bien connue position de la tenaille. Attention, ça pince.

Aussi inviolable qu’une pucelle en ceinture de chasteté, le terrain de jeu des scouts qui ont grandi les oblige à en faire le tour. Ils essayent bien une petite incursion mais comme ils sont à découverts, ils font une boucle et ressortent.

Plus loin, profitant d’un terrain favorable et évoluant masqués à la faveur du brouillard, ils réalisent une incursion et réussissent même une percée. Ouf! La grande muette, fut elle Helvète, ne pipe pas un mot.

Après c’est pas dur, c’est Bure. Puis Villars, mais pas au sec, car le terrain est bien gras. C’en est fini pour Eric qui jette l’éponge, rincé. Il rentre tout seul depuis Croix tout comme Claire. Le groupe finit d’exploser quand Christophe crève, restant à l’arrière garde avec Micka.

Les 4 rescapés déballent le grand jeu dans… le KOM à Dorian (rappel des précédents épisodes: avec les arbres qu’il a mis en travers). Aurélien, sûr de son fait, se lance en tête. Mais c’est sans compter le fin pilotage de Franck, qui après 2 virages lui ravit la place et ne la lui rendra plus.

42km, 760m D+ depuis Beaucourt.

Brume, t° 0°C, sol bien gras. 1 crevaison.

Trace: https://drive.google.com/file/d/1wwdneTE1yu64miEkjjIJVrYKKTHfcT7I/view?usp=share_link

27/11: le roi garde sa couronne

Brouillard, froid, c’est pas un temps à mettre un VTTiste dehors. Pourtant c’est la foule des grands jours aujourd’hui. Aurélien, Xavier, Pat’, Franck, la Team Léon, la Team St Diz’, Philippe et Gaël. Manque Dorian qui s’est arrêté prendre un café chez Eric, prétextant une crevaison. Il en repart avec la boisson chaude et une chambre à air à l’œil.

Dorian prévient par un message quand il quitte Eric indiquant qu’il monte par la Maison Blanche. Tout le monde s’interroge car la Maison blanche c’est à 500m et normalement il vient de Badevel, à l’opposé. Mais il faut savoir que Dorian ne nomme pas les rues par leur nom, mais par celui de leur segment Strava! Ah ça, si c’est pas un athlète.

Le voilà enfin. Direction la route de St Dizier. Claire et Fred se demandent pourquoi on les fait venir depuis Saint Dizier si c’est pour y retourner. Mais c’est pour la bonne cause car à peine après 800m la brume laisse la place à un soleil hésitant puis à un beau ciel bleu. Le premier single les entraîne en plein terrain de chasse. Ils passent au milieu des fusils à lunettes et détournent l’itinéraire par le macadam.

Enfin dans les bois, ils peuvent apprécier le terrain spongieux à souhait et s’adonner aux joies de la glisse bien avant les fondeurs et les skieurs.

Ils contournent le motocross d’Abbevillers par le macadam pour s’éviter de trop galérer par le single et rejoignent la Chaifferie du Haut. Quelques arbres les obligent à poser pied à terre et le dernier fait même vaciller Fred qui manque de culbuter dans les ronces. Quand vient la première vraie montée: marche en racines, puis pierrier, le tout sur sol glissant. Gaël se lance… à pied. Il se fait aussitôt conspuer, on demande sa démission et même quelqu’un crie « à l’échafaud ». Franck passe la marche mais dérape à peine plus loin sur les pierres. Aurélien met tout le monde d’accord: la marche, les cailloux, il arrive en haut en hurlant « c’est qui le patron? », suivi d’un Fred tout en discrétion et efficacité. Derrière, c’est une longue procession de marcheurs…

La première pause casse-croûte est l’occasion pour Philippe de raconter ses souvenirs de téléthons endiablés et autre chevauchées sauvages en tandem. Ah quel conteur! Plus loin, c’est encore lui qui montre une qualité de traileur: alors que tous choisissent la facilité et traversent tant bien que mal un enchevêtrement d’arbres sur le chemin « facile », Philippe lui se lance dans la terrible et longue ascension des marches, vélo sur le dos. Il bat le record du monde et arrive bien avant les autres au-dessus du coteau.

Le sentier les conduit à une clôture qu’ils enjambent avant de saluer devant son monument le caporal qui y laissa la vie en 1944. Gaël s’enfonce dans la pâture et passe un barbelé. Les autres hésitent à le rejoindre mais bon, maintenant qu’ils sont là… A peine l’ont-ils rejoint qu’il se sauve à nouveau. Derrière c’est l’interrogation, sait-il où il va? Ils rencontrent 3 chevaux qui essayent discrètement des les suivre lorsqu’ils ouvrent la barrière pour sortir, mais la vigilance règne et les équidés restent enfermés.

Enfin la sentence tombe: « j’ai repris une ancienne trace de Bruno ». Après le rire, c’est la stupeur puis l’inquiétude. Surtout pour Aurélien qui a RDV à 12h à Valentigney pour une permanente et 3 mèches. Du moins c’est qu’ont compris les autres…

L’inquiétude se transforme en peur quand Gaël s’arrête une première fois pour consulter la carte, puis une deuxième fois, cherchant un chemin que les autres pensent sorti de son imagination. Le dit chemin non trouvé, un autre fera l’affaire car comme qui dit « tous les chemins mènent à Thulay ». Mais de Thulay il n’est point question aujourd’hui, c’est plutôt Lourdes, enfin un lieu appelé Grotte Notre Dame de Lourdes. Petite pause pieuse et il est temps de remettre Aurélien sur le bon chemin. Surtout que déjà son téléphone sonne et le coiffeur lui demande s’il sera à l’heure. Enfin, c’est que certains ont compris…

Ils redescendent sur Grandfontaine et remontent par le sentier des bornes à la frontière. Sagement ils rentrent par le chemin inverse de l’aller, personne ne cherchant à lancer d’attaque sur le macadam. A l’entrée du single du « KOM à Dorian », Aurélien, Claire et Fred rentrent. Enfin ça c’est un peu résumé. Sur place, nos observateurs relatent une toute autre version. Alors que Fred lorgne avec envie l’entrée du single et demande à Claire « On rentre par là? », il obtient une fin de non recevoir: Claire a eu sa dose de boue pour aujourd’hui. C’est qui le patron?

C’est le moment de se lancer dans le single. Dorian fanfaronne en rappelant à qui veut l’entendre de ne pas hésiter d’essayer de battre son KOM. Mais à peine ont-ils fait quelques dizaines de mètres qu’un nouvel arbre barre le passage. Voyant ça, Christophe se roule au sol. Le KOM ça sera pour une autre fois, car plus bas un deuxième puis un troisième barrent le chemin. Devant tant d’arbres au sol, Xavier avance une explication. Il s’agirait d’une sportif peu fair play qui viendrait tronçonner les arbres vaillants et tirer sur les arbres morts avec son vélo pour protéger sa couronne. Personne ne voit de qui il pourrait s’agir.

37km, 800m depuis Beaucourt.

Sol très glissant, brume au départ puis soleil et ciel peu nuageux, 3°C en moyenne.
Pas d’incident.

Trace: https://drive.google.com/open?id=1-VRQOE2-Iv0FCjirpdSuaSKoPoEZkKzo&authuser=passionvtt.beaucourt%40gmail.com&usp=drive_fs

Résultats Coupe BFC 2022

Benjamins: Gabin CHOLLEY (8 ), Hugo MENY (14), Xavier BIDEAUX (33), Anaël SOVANT (53), Diego Luno (96)

Minimes: Candice PISTIDA (25), Léo LAGACHE (31), Lucas DESGRANDCHAMPS (35), Mathis VOISARD (53), Théo BLANCHOT (67), Nicolas PARIS ( 84), Marouane BOUGUETAY (116)

Cadettes: Alexane CHAILLARD (1), Ilona BILLOD LAILLET (2)
Félicitations Alexane et Ilona!!!

Cadets: Joris MUTTI (5), Nicolas VERMOT DESROCHES (10), Maxence VERMOT DESROCHES (11), Thomas BRISSON (14), Hugo TERZAGHI (19), Pierrick MARGERARD (23), Felix BERA (36), Yanis RANZA (42), Noah ZARIFI (81)
Beau résultat Joris.

Dames: Lucine HERREN PRENEZ (3)
Superbe podium Lucine!!!

Juniors: Tom VARET (10), Nathan DROUVOT (11), Noah VILLARD (12), Enzo BASTIANON (13)
Masters: Philippe BIHR (😎, Anthony DESGRANCHAMPS (53)

Bravo à tous les coureurs pour votre belle saison et merci aux entraineurs et accompagnateurs.

Résultats TRJV 2022

Benjamins: Gabin CHOLLEY (8 ), Hugo MENY (27)

Minimes F: Candice PISTIDA (1)
Félicitations Candice!!!!

Minimes G: Léo LAGACHE (2), Mathis VOISARD (39)
Bravo Léo pour ce beau podium.

Cadets: Pierrick MARGERARD (9), Maxence VERMOT DESROCHES (15), Nicolas VERMOT DESROCHES (16)

20/11: ah la vache!

Pleuvra, pleuvra pas? Nos héros du jour choisissent la 2ème option. Et c’est en nombre qu’ils sont présents pour aller voir le terrain s’est un peu ramolli: Bruno, Pat, Fred, Mickaël, Christophe, Philippe, Laurent, Félix, Dorian et Gaël.

Pas de gonflage de pneus, pas de graissage, tout le monde a son matériel, tout le monde est à l’heure… reste la sempiternelle question: « on va où »?

Bruno demande à Gaël où il a prévu des les emmener. Gaël lève les yeux au ciel, il y voit un coin de ciel bleu vers l’est et lance: « Lebetain »! Les grandes décisions tiennent à peu de choses.

Direction Badevel et très vite ils comprennent qu’il va falloir être fin sur le pilotage: les feuilles rendent le sol très glissant. Pas question de poser des gros freinages ni de passer en trombe. Premier changement de direction vers Badevel: Gaël et Philippe plongent à gauche, mais les autres, étourdis, tirent tout droit. En les attendant, Philippe et Gaël passent le temps en discutant avec un chasseur.

Tout le monde se retrouve et après avoir traversé Badevel et rejoint Feche, ils grimpent le sentier qui amène à la route de Saint-Dizier. Laurent et Félix attaquent, Bruno refuse de voir se produire un tel sacrilège et accélère suivi de Dorian. Derrière Gaël procède à un blocage en bon et due forme des autres et arrive en criant: « z’avez vu, je les ai r’tenus »! Pat s’insurge.

Gaël les envoie de l’autre côté de la route, mais un tracteur a labouré le sentier, puis un arbre barre le chemin. Qu’à cela ne tienne, ils bifurquent à gauche et après avoir traversé une zone de coupe peu engageante, les voilà sur le bon chemin puis à Lebetain.

Au-dessus de Lebetain, Philippe est inspiré de prendre la gauche, car à droite un panneau chasse en cours les met au défi de poursuivre. Ils franchissent donc la frontière en toute discrétion et rejoignent le single qui descend à Boncourt, glissant lui aussi. Ça hésite sur la direction. Gaël voulait aller au sud, mais les voilà en direction du nord-est. Fred prend les choses en main et propose de rejoindre le Maira. Bruno et Gaël font la même remarque: « au moins on se fera pas engueuler si on se perd ».

Fred assure et les emmène dans des recoins inexplorés. Bruno commence à s’impatienter: il doit rentrer, il faut qu’il aille faire un devis. Il bifurque, tandis que les autres poursuivent vers Villars le Sec, qui porte assez mal son nom puisqu’un crachin s’y abat. A la sortie du village, une vache s’est fait la belle. Elle prend peur au passage des premiers et se met à courir et zigzaguer autour des VTTistes. Plus de peur que de mal! Surtout pour Dorian, qui, effrayé par le bovin prend la poudre d’escampette.

ils rentrent par les Pas du Diable, après lesquels Fred les emmène sur une variante vers Croix. Puis ils décident de rentrer par le single à la sortie de Croix. Christophe venu en gravel comment à tirer la langue mais s’est bien battu sur son « VTT vintage » . Emporté par un élan de folie, Gaël assure la fin du spectacle en partant dans un grand dérapage de la roue arrière, mais lorsque le Cannondale prend trop de gîte il finit, penaud, au sol.

La descente du single du « KOM à Dorian » est prudente, voir très prudente, Philippe et Gaël trouvant le temps long à l’arrivée. Raison: les autres avaient hésité à l’intersection. «  M’ouais, dites plutôt que ça glissait trop » s’esclaffent les 2 compères qui se la jouent « moi j’ai pas attaqué », « moi j’ai été prudent », blablabla…

Sur le parking le clocher de l’église entame les 12 coups de midi: mission remplie, place au nettoyage!

35km, 807m, couvert malgré un coin de ciel bleu, gras et glissant. Pas de panne.

Trace:https://drive.google.com/open?id=1-T51XnOL-1pCxnF59i8i8zCiPUEnE92Z&authuser=passionvtt.beaucourt%40gmail.com&usp=drive_fs